COMMUNIQUÉ DE DOMINIQUE BOY-MOTTARD – 17/02/2017

Conseillère municipale et métropolitaine PRG (groupe Radical et Divers Gauche) 

 

Si  je suis intervenue en séance du conseil municipal en faveur de l’AMICA, c’est parce que je connais bien le travail de cette association laïque dans le quartier de La Vallière, travail que je suis et que je soutiens depuis une dizaine d’années.

En effet, la façon dont on l’a empêchée, faute de financements, d’avoir accès à des locaux en usant du prétexte d’une erreur administrative a des conséquences négatives sur tout un quartier au moment où la présence d’associations s’inscrivant dans une démarche républicaine est un véritable besoin.

Intervenant tant auprès des enfants que des adultes, assurant notamment la socialisation des femmes, l’AMICA participe à la création du lien social. On sait que la question de l’intégration passe par les femmes : pour s’en convaincre, il suffit de voir la place que souhaitent leur donner les négationnistes de tous bords. 

Ce n’est pas un hasard si son mérite a pu être reconnu par Madame Estrosi-Sassone qui a tenu – suite aux attaques dont l’association a été l’objet de la part d’une élue qui s’honorerait de s’en excuser – à rétablir publiquement la vérité concernant l’importance du rôle de l’AMICA dans un territoire où elle est la seule à s’être investie et qui est plutôt délaissé par les services publics traditionnels. 

La municipalité va recevoir prochainement les responsables de l’association. Je serai très vigilante aux conclusions de cette rencontre, que je sollicite depuis plusieurs mois. Je tiens à insister à nouveau sur l’intérêt que tout le monde aura à gagner en permettant à l’AMICA d’intégrer des locaux où elle pourra poursuivre ses activités.