Notes de synthèse et compte-rendu :

Notes de synthèse

2018-03-19-CMET2-Compte rendu

Intervention de Dominique BOY-MOTTARD au conseil métropolitain du 19 mars 2018 :

25.1 – Organisation touristique métropolitaine

M. SALLES.- C’est le résultat de l’application de la loi MAPTAM et de la loi NOTRe qui donnent aux métropoles la compétence tourisme. Un travail a été mené depuis plusieurs mois maintenant avec l’ensemble des maires. Le préfet nous a demandé de nous engager très rapidement dans la mise en place de cette compétence. Rappelons qu’il s’agit des compétences propres du tourisme, c’est-à-dire l’accueil et la promotion, puisque l’événementiel reste de la compétence des communes.

[…]

Mme BOY-MOTTARD.- Cette nouvelle organisation qui nous est dictée par la loi peut être une opportunité si elle est bien gérée. En effet, au-delà des dispositions sur lesquelles nous sommes appelés à nous prononcer aujourd’hui et qui apportent quelques garanties, il faudra je crois un certain volontarisme mais aussi beaucoup de doigté pour réussir la mutation.
D’abord, il convient – et je crois savoir que, municipalité par municipalité, c’est l’option qui a été retenue – que les personnels soient le moins impactés possible par rapport à une réforme qui est conforme à l’intérêt général métropolitain mais qui peut bouleverser leur situation personnelle. Ce ne sera pas toujours simple, car la situation juridique des différents offices n’est pas systématiquement la même (par exemple certains, et non des moindres, ont une forme associative) et les activités prises en charge ne sont pas toujours identiques.
Ensuite, il faudra pas mal d’ajustements pour régler le couple promotion et commercialisation des services touristiques dévolus à la Métropole d’une part et l’animation locale et événementielle qui pourra être conservée par les communes d’autre part. Pour être efficace, il faudra une cohérence parfaite entre les deux niveaux.
Par ailleurs, on ne peut faire abstraction des territoires départementaux non couverts par la métropole. Il faudra donc, autant que faire se peut, coordonner nos actions et celles du Département dans ce domaine. Je pense par exemple à la promotion des stations de ski. Lorsque j’étais conseillère générale, j’avais milité pour que celle-ci soit commune à l’ensemble des stations du département, parce que ces dernières avaient trop souvent tendance à agir individuellement. J’ai trouvé dommage de trouver dans la presse, dernièrement, une publicité pour les uniques stations de ski de la métropole, parmi lesquelles ne figurent pas un certain nombre de stations comme Valberg ou Gréolières-les-Neiges. Il me semble aller de soi qu’il faudrait éviter les problèmes d’ego et viser à l’efficacité, probablement en mutualisant pas mal de domaines.
Nous envisageons donc plus le vote de ce jour comme le début d’une nouvelle ère où beaucoup de choses restent à inventer, que comme une fin en soi. J’espère que nous aurons la possibilité de faire le point ici même, dans quelque temps, pour procéder, si nécessaire, à certains ajustements.
En attendant, nous voterons bien sûr cette délibération.