COMMUNIQUÉ 06/07/2019
Dominique BOY-MOTTARD, conseillère métropolitaine (PRG)

Réaction à la décision du Président de la Métropole de céder l’essentiel du capital de la collectivité dans la Société Aéroports de la Côte d’Azur

Après avoir lutté contre la privatisation de l’aéroport, voilà que le Président de la Métropole propose au Conseil de céder 80 % de son capital dans la Société Aéroports de la Côte d’Azur alors que les dividendes perçus ont presque doublé entre 2017 et 2018 et qu’on apprend régulièrement la création de nouvelles lignes aériennes. Vendre un bien 81 millions d’euros alors qu’il rapporte un peu plus de 4 millions par an et que tout porte à croire qu’il rapportera davantage, ce n’est pas une vision à long terme.

Les motivations de la délibération sont très clairement affichées : ce capital servira pour l’investissement certes, mais aussi pour le désendettement et la baisse de la fiscalité locale. Donc, après avoir atteint un endettement maximum, après avoir augmenté les impôts de façon considérable, il ne reste plus que la vente du patrimoine pour équilibrer un budget. Comment fera-t-on quand il n’y aura plus rien à vendre ?