MUNICIPALITÉ : UN BILAN CONTRASTÉ

On ne peut nier que depuis sa première élection, Christian Estrosi a à son actif un certain nombre de réalisations : c’est le moins que l’on puisse attendre du maire d’une grande cité. Les seules d’importance vraiment abouties à ce jour sont la coulée verte en centre-ville qui a véritablement été adoptée par la population et le grand stade dont le succès est plus contesté notamment parce qu’il est au cœur d’une polémique quant au montage juridique retenu (partenariat public-privé) qui coûte fort cher à la Ville.

Le 2e mandat du maire doit aboutir à la livraison de projets encore en cours de réalisation et les Niçois ne pourront en prendre la mesure que dans quelques mois. Si la ligne 2 du tram doit apporter mécaniquement un progrès sensible en matière de déplacements, la finalité de la Gare du Sud reste encore assez floue. Quant à l’aménagement du Ray, il a été réalisé à contre-courant des souhaits des habitants de Nice Nord.

Mais la véritable incertitude quant à l’avenir sera financière. Là, il y a fort à parier que l’addition sera très lourde. La récente augmentation des impôts à la Métropole est un avant-goût de ce séisme financier.

Le 14 juillet a endeuillé cruellement et durablement notre cité. Dans un souci d’unité nationale, nous avons manifesté avec détermination notre soutien à l’ensemble des mesures prises par la municipalité.

Par ailleurs, nous ne pouvons que nous réjouir de l’évolution politique du maire lorsqu’il fait son mea culpa sur certaines prises de position antérieures (peine de mort, mariage pour tous) et qu’il se démarque de l’extrême droite. Mais son positionnement, à la marge de la majorité présidentielle, va devoir s’exprimer avec moins d’ambiguïté.

Dominique BOY-MOTTARD (dominique.boy-mottard@ville-nice.fr)
Marc CONCAS (marc.concas@ville-nice.fr)
Groupe RADICAL ET DIVERS GAUCHE (Téléphone bureau : 04 97 13 34 69)