Des priorités qui ne semblent pas l’être

Le rapport d’orientation budgétaire présenté en séance du Conseil Municipal fixe les priorités proposées par la majorité. Commenter les priorités, c’est également relever celles qui n’en font pas vraiment partie. Et, de ce point de vue, deux postes budgétaires ne nous semblent pas à la hauteur des enjeux : le logement et l’environnement.
Pour le logement, et sans vouloir nier les difficultés qui affectent notre territoire, seuls 14 millions d’euros sont affectés. Ce n’est pas ainsi qu’on parviendra à rattraper notre retard en matière de logement social et à développer l’offre de logements en faveur des actifs. Parce qu’au-delà de la question endémique du manque de logements sociaux, c’est maintenant l’ensemble de la population qui est confrontée à ce problème qui exigerait un véritable « plan ORSEC » de la ville.
Quant aux politiques environnementales, elles constituent sans doute l’une des plus grandes faiblesses des choix prioritaires, ce qui vient contredire toutes affirmations en la matière. Sur les 454 millions consacrés aux orientations budgétaires de la ville, seuls 23 millions sont affectés à l’environnement. Est-ce que ça n’aurait pas dû être la priorité des priorités ?
Lors de l’écriture de cette tribune, nous n’avions pas reçu le budget primitif proposé pour 2020 et nous espérons que nos remarques auront été entendues.

Dominique BOY-MOTTARD (dominique.boy-mottard@ville-nice.fr)
Marc CONCAS (marc.concas@ville-nice.fr)
GROUPE RADICAL ET DIVERS GAUCHE (sur rendez-vous 04 97 13 34 69)